Published: Mer, Décembre 06, 2017
International | By Oceane Deschanel

SECURITE AU SAHEL, IMMIGRATION CLANDESTINE ET COOPERATION ECONOMIQUE, : Macron en Algérie !

SECURITE AU SAHEL, IMMIGRATION CLANDESTINE ET COOPERATION ECONOMIQUE, : Macron en Algérie !

Il sera accompagné, selon l'Elysée, du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et du ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ainsi qu'un nombre d'élus, d'artistes, d'écrivains et de start-uppeurs.

"Macron avait fait part lors de sa visite à Alger en février dernier en tant que candidat à la présidence française, de sa volonté de porter " une vision d'avenir " au partenariat entre l'Algérie et la France ". Mais, les ambitions semblent avoir été revues à la baisse puisque le déplacement a été requalifié de "visite d'amitié et de travail " et non "d'État ". La France reste le premier investisseur en Algérie, hors hydrocarbures. P. Du. Toutefois, bien que sa rencontre avec le président Bouteflika, prévue et annoncée par plusieurs médias, n'ait pas été démentie par qui que ce soit, aucune source ne l'a confirmée, y compris l'Agence officielle, alors que moins de 20 heures nous séparent de l'arrivé du président français à Alger, ce qui laisse entendre que la rencontre Macron-Bouteflika est encore incertaine ou, tout au moins, suspendue à des conditions qui risquent de ne pas se réunir. Pour la présidence française, le séjour de Macron à Alger constituera une nouvelle halte dans les relations entre Alger et Paris " appelées à se développer davantage ". Mais la question mémorielle n'a pas été placée au cœur de cette visite.

3 millions d'abonnés et une carte des déploiements — Fibre optique (FTTH)
Le nombre total de lignes FTTH déployées (mais pas nécessairement raccordées) s'élève aujourd'hui à 9,53 millions. Pour un taux d'abonnement de 38% (31% pour la seule fibre).

La visite que devra effectuer demain le président français, Emmanuel Macron, en Algérie, a été qualifiée hier d'"importante" par Paris, d'autant qu'elle intervient à la veille de la réunion à Paris du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN). A ce sujet, le ministre a souligné que l'Algérie "n'accepterait aucunement de marchander ".

Il a souligné, à cet égard, la décision des deux pays, il y a cinq ans, de mettre sur pied le COMEFA a appelé à être " un forum d'évaluation, d'impulsion et d'orientation des relations économiques bilatérales " par le biais de la création de partenariats et de joint-ventures générateurs d'investissements et susceptibles de contribuer efficacement à l'élargissement des bases du tissu industriel en Algérie.

Like this: