Published: Ср, Ноября 22, 2017
International | By Oceane Deschanel

Nucléaire : la Russie reconnaît avoir détecté une pollution radioactive sur son territoire

Nucléaire : la Russie reconnaît avoir détecté une pollution radioactive sur son territoire

Rosguidromet, l'agence russe de météorologie, a reconnu, lundi soir dans un communiqué publié dans la presse, avoir détecté fin septembre une concentration "extrêmement élevée" de ruthénium-106, un produit de fission issu de l'industrie nucléaire. Des réseaux européens de surveillance pointent du doigt la Russie, qui a fini par reconnaître une concentration élevée dans plusieurs de ses régions. Une information qui vient confirmer les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité. Ces accusations avaient été dans un premier temps, rejetées par la Russie.

Selon Rosguidromet, la concentration la plus élevée a finalement été enregistrée par la station d'Arguaïach, un village du sud de l'Oural situé à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak. Elle avait assuré dans un communiqué cité par les médias russes que "dans les échantillons relevés du 25 septembre au 7 octobre, y compris dans le sud de l'Oural, aucune trace de ruthénium-106 n'a été découvert à part à Saint-Pétersbourg".

Alors que les dernières informations indiquent que le ruthénium 106 détecté dans l'air européen pourrait être lié à un accident nucléaire sur le site de Mayak, le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce l'inaction et le silence des autorités russes et internationales. L'un des premiers accidents nucléaires majeurs de l'histoire, mais qui a longtemps été gardé top secret par Moscou.

L'agence russe précise que le ruthénium-106 a ensuite été détecté au Tatarstan puis dans le sud de la Russie, avant qu'il ne se fixe à partir du 29 septembre "dans tous les pays européens, à partir de l'Italie et vers le nord de l'Europe". "Greenpeace va envoyer une lettre au parquet pour demander l'ouverture d'une enquête sur la dissimulation éventuelle d'un incident nucléaire", peut-on également lire sur le site internet de l'association.

Читайте также: Iliad et Bouygues Telecom profitent des problèmes de SFR

Dans un communiqué, Greenpeace Russie a appelé Rosatom à "mener une enquête approfondie et à publier des données sur les événements arrivés à Maïak".

Un peu plus tôt, un responsable régional russe avait suggéré que l'IRSN aurait accusé la Russie pour aider au développement de l'industrie nucléaire française, notamment Areva et son activité de traitement des déchets nucléaires.

Les responsables de l'Institut ont aussi estimé qu'il est impossible que la source de la pollution radioactive soit liée à un réacteur nucléaire étant donné que d'autres éléments radioactifs n'ont pas été détectés.

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) avait considéré que "les niveaux de concentration dans l'air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et en France sont sans conséquence pour la santé humaine et l'environnement".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Like this: