Published: Dim, Novembre 05, 2017
International | By Oceane Deschanel

Saad Hariri démissionne de son poste de Premier ministre — Liban

Saad Hariri démissionne de son poste de Premier ministre — Liban

Un attelage qui a plutôt réussi à préserver le pays des effets de la guerre civile qui fait rage chez son voisin, la Syrie, depuis six ans.

Le président libanais Michel Aoun a reporté samedi son voyage prévu au Koweït, suite à la démission du Premier ministre Saad Hariri, a annoncé la présidence sur son compte Twitter. Il a ajouté que son pays se dresserait "comme il l'a fait dans le passé" et "couperait les mains qui se sont malicieusement ingérées dans le pays". Selon lui, le climat politique au Liban actuellement ressemble à celui qui prévalait avant l'assassinat de son père, Rafik, en 2005. Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban. Notamment parce que la milice chiite du Hezbollah s'est totalement investie dans la stratégie iranienne de sauvetage du régime du président Bachar Al Assad. Nous rejetons toutes les armes hors de l'autorité légitime de l'Etat libanais.

" Le Hezbollah est le bras de l'Iran non seulement en Iran mais également dans les autres pays arabes".

Il a accusé Téhéran d'avoir "créé un Etat dans l'Etat" et de vouloir "avoir le dernier mot dans les affaires du Liban".

"La répétition d'accusations sans fondement (.) contre l'Iran (.) montre que cette démission fait partie d'un nouveau scénario pour créer des tensions au Liban et dans la région", a déclaré le porte-parole du ministère, Bahram Ghassemi.

Un véhicule fonce sur des cyclistes à Manhattan et fait plusieurs morts
Les faits se sont terminés vers 16h00 et " il n'y a plus de menace active ", a tweeté un porte-parole de la mairie. L'incident s'est produit d'après la police entre les rues Chambers et West, en plein coeur de Manhattan.

M. Hariri, qui avait déjà été Premier ministre de 2009 à 2011, a par ailleurs accusé le Hezbollah d'avoir "ces dernières décennies, imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes".

"Le Liban est trop petit et vulnérable pour supporter le fardeau économique et politique de cette démission, a tweeté le dirigeant druze Walid Joumblatt".

L'Iran est le principal rival régional de l'Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis. Les deux puissances soutiennent des camps opposés dans les principaux conflits au Moyen-Orient, en Syrie et au Yémen.

Pour l'analyste Hilal Khashan, professeur en sciences politiques à l'Université américaine de Beyrouth (AUB), "l'Arabie saoudite a exercé de terribles pressions" sur son protégé, en le "convoquant" à Ryad. Il met en garde contre " une guerre froide au Liban qui pourrait dégénérer en guerre interne " et même en une " escalade " contre le Hezbollah.

Like this: