Published: Sam, Novembre 04, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

RENAULT : l'Etat ramène sa participation à 15,01% du capital

RENAULT : l'Etat ramène sa participation à 15,01% du capital

L'Etat français a réalisé une plus-value de 55 millions d'euros suite à la cession de 4,73% du capital du constructeur automobile français Renault jeudi 2 novembre, a annoncé dans un communiqué l'Agence française des participations de l'Etat (APE).

De plus, "en vue de la réalisation d'une offre réservée aux salariés et aux anciens salariés du groupe", le constructeur français a souhaité prendre part à cette opération et a donc acquis 1,4 million d'actions, soit 10% de l'ensemble des titres cédés par l'Etat.

À la clé: une plus-value supérieure à 55 millions d'euros. L'Etat avait pris l'engagement de revendre ces titres rapidement. mais les détenait toujours deux ans et demi plus tard.

Il permet à sa fille de filmer l'iPhone X, Apple le vire
Une youtubeuse américaine, Brooke Amelia Peterson, a pu prendre en main le nouvel iPhone X la semaine dernière. Vous avez apprécié cet article?

Au terme de ce placement, l'État restera le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% de son capital.

Renault l'a annoncé ce vendredi 3 novembre 2017, il va racheter 10 % des 14 millions d'actions Renault cédées par l'Etat, soit 1 400 000 actions.

L'objectif de cette cession est d'abonder un fonds pour financer l'innovation: "Le produit de cette opération contribuera à alimenter le fonds pour l'innovation de rupture voulu par le président de la République" a confirmé le ministre français de l'Economie. "Nous sommes scotchés avec quelques pour cents de Renault que je n'arrive pas à vendre parce que le cours de l'action n'est pas suffisamment élevé", avait-il expliqué lors d'une audition à l'Assemblée nationale. Renault détient 43,4% du capital du constructeur japonais, tandis que ce dernier contrôle 15% de Renault. Selon un document du Sénat pour le projet de loi de Finances 2016, l'Etat avait acquis les titres en avril 2015 pour un montant de 1,258 milliard d'euros. Le conseil d'administration de Renault avait en effet prévu de ne pas l'adopter (comme la loi lui en laissait la possibilité) pour ne pas déstabiliser l'équilibre entre ses actionnaires puisque Nissan actionnaire à hauteur de 15% ne dispose pas de droits de vote.

Like this: