Published: Ven, Novembre 03, 2017
International | By Oceane Deschanel

Un Français tiré au sort va tester le revenu universel

Un Français tiré au sort va tester le revenu universel

Une association, Mon Revenu de Base, a lancé ce jeudi une campagne de financement participatif pour mettre en oeuvre une expérience inédite en France: offrir à une personne tirée au sort un revenu de base de 1.000 € par mois pendant un an. "On aimerait réussir à en faire plusieurs, évidemment ce sera difficile d'arriver à verser 100 revenus universels comme en Allemagne, mais plus on en aura, plus cela donnera une valeur scientifique à l'expérimentation", explique à La Tribune Julien Bayou, qui milite depuis plusieurs années pour l'instauration d'un revenu de base. Avec cette question, l'association "Mon Revenu de Base" risque d'attiser les convoitises. Une campagne de crownfunding inédite qui vient de voir le jour sur son site. L'inscription est gratuite. "C'est ouvert aux majeurs, qu'ils soient Français ou résidents étrangers", explique au Figaro Julien Bayou, porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) et investigateur de ce projet. Très concrètement, une personne tirée au sort va bénéficier de 1000 euros par mois pendant un an sans condition de sexe, d'âge ou de ressources. A chaque palier passé (12.000, 24.000, 48.000), un nouveau tirage au sort sera effectué. Les inscriptions justement, ouvrent dès ce jeudi.

Proposition phare de l'ex-socialiste Benoît Hamon lors de la primaire de la gauche puis à la présidentielle, le revenu universel est toujours d'actualité. L'été dernier, le Conseil départemental à majorité socialiste, et son président Jean-Luc Gleyze, ont écrit au président Macron pour obtenir l'autorisation de tester le revenu universel pendant au moins deux ans. Une expérimentation grandeur nature pour l'association à but non-lucratif, qui veut en tirer des conséquences.

La stèle en hommange à Ilan Halimi profanée
L'enquête lors de la première action contre la plaque en 2015 n'avait pas permis de découvrir les auteurs des faits. La plaque a été retirée à la mi-journée pour permettre à la police scientifique de l'examiner, précise le journal.

À cette heure, déjà plus de 5 000 € ont été récoltés sur le site de crowdfunding.

Like this: