Published: Ven, Novembre 03, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Retard de production et pertes records — Tesla

Retard de production et pertes records — Tesla

Tesla a annoncé une perte trimestrielle historique sur les mois de juillet à septembre 2017 - la plus importante de son histoire.

Un homme photographie l'écusson Tesla d'un Modèle S avant un événement promotionnel du constructeur américain à Pékin.

Depuis janvier, elle a permis à l'action Tesla de grimper de 50% à Wall Street.

L'objectif était ambitieux mais même Elon Musk a dû concéder qu'il est actuellement inatteignable: le constructeur espérait produire 5 000 Tesla Model 3, la dernière-née et la moins chère de ses voitures, par semaine avant la fin de l'année 2017. Elle est affichée à quelques 35 000$ (soit 30 000 euros environ), moitié de prix que la Model S. Tesla mise en partie son avenir sur cette berline, puisqu'il table sur 500.000 ventes pour 2018 dont la majorité pour la "petite" berline.

Bruno Le Maire détaille la surtaxe exceptionnelle sur les entreprises
Et celles dont le chiffre d'affaires dépasse les 3 milliards se verront appliquer un taux de 45 % au lieu de 33 %. Le tout sera réglé avant la fin de l'année via un acompte de 95 % de la somme.

Le constructeur de voitures électriques prévoit donc de réduire sa production des Model X et Model S de 10% au quatrième trimestre afin d'allouer des ressources supplémentaires à la Model 3. Il vient d'ailleurs de repousser à la fin du premier trimestre 2018 l'objectif de produire 5000 Model3 par semaine. Selon Jessica Caldwell, experte au cabinet spécialisé Edmunds.com, interrogée par l'AFP "Tesla fait enfin face à la réalité".

La Model 3, est-elle seule responsable de cette situation?

. "Vu ces contretemps, les gens veulent des réponses", renchérit Akshay Anand, chez Kelley Blue Book. Mais les nouveaux retards de production de la Model 3 risquent d'enrayer la belle mécanique financière orchestrée par le constructeur californien.

La presse américaine avait rapporté récemment que Tesla avait obtenu des autorités de Shanghai de pouvoir s'installer dans la zone de libre-échange de la ville mais sa production sera toujours sujette à une taxe d'importation chinoise de 25%. "Pour 500.000 voitures par an, c'est deux lignes d'assemblage avec deux équipes travaillant cinq jours par semaine" détaille une analyste du cabinet Keller.

Like this: