Published: Ven, Novembre 03, 2017
International | By Oceane Deschanel

Poutine à Téhéran : convergence russo-iranienne sur la Syrie

Poutine à Téhéran : convergence russo-iranienne sur la Syrie

Ce mercredi 1er novembre 2017, Vladimir Poutine est allé voir, à Téhéran, le gratin des dirigeants de la République islamique pour des dossiers clés: la Syrie, l'accord sur le nucléaire iranien et la consolidation des liens économique entre les deux pays, rapporte l'AFP.

Retrouvailles au sommet entre deux des meilleurs ennemis des Etats-Unis: La Russie et l'Iran.

Après les récentes avancées de leur allié Bachar el-Assad en Syrie, il était donc logique que le président russe rendre visite à son homologue iranien.

M. Poutine a dit avoir discuté "du problème nucléaire iranien" avec M. Rohani.

Plus de 7,6 millions de Nintendo Switch vendues à travers le monde
Pour l'heure, la Switch en est à 7,63 millions d'exemplaires ayant trouvé preneur (2,93 millions vendues durant le deuxième trimestre).

D'après Rohani, l'homme fort de la Russie, et même au-delà, a garanti à l'Iran son appui pour tenir tête au président américain, Donald Trump, qui a menacé de déchirer l'accord sur le nucléaire, paraphé en 2015 au bout d'âpres négociations. Les trois chefs d'Etat ont affirmé leur volonté d'intensifier leur coopération, notamment dans le domaine énergétique.

En marge de la visite, le géant russe des hydrocarbures Rosneft a annoncé avoir signé avec la société publique pétrolière iranienne Nioc une "feuille de route" en vue de projets d'exploitation commune de gisements de pétrole et de gaz en Iran pour un "investissement total" pouvant aller "jusqu'à 30 milliards de dollars". Téhéran et Moscou se sont félicités de leur coopération dans ce dossier. La centrale est entrée en service en 2011 et une cérémonie officielle a consacré, mardi dernier, une nouvelle phase des travaux d'agrandissement réalisés par l'agence nucléaire russe Rosatom, en charge de la construction de deux nouveaux réacteurs. La dernière visite de M. Poutine à Téhéran, en novembre 2015, avait consacré de façon ostentatoire l'entente parfaite entre la Russie et l'Iran sur la question syrienne.

La Russie et l'Iran sont les principaux soutiens étrangers aux autorités de Damas face aux différents groupes rebelles, et parrainent, avec la Turquie, des négociations se concentrant sur les aspects militaires, humanitaires et techniques pour tenter de mettre un terme à la guerre en Syrie.

Le guide iranien a jugé que la coopération entre Moscou et Téhéran était "utile pour lutter contre les sanctions américaines" et a estimé que l'Iran et la Russie pouvaient "neutraliser" ces sanctions "notamment en remplaçant le dollar par [leurs] monnaies nationales dans [leurs] échanges économiques". Les présidents ont discuté durant ce sommet du projet de construction d'un tronçon de chemin de fer d'environ 170 km reliant l'Iran à l'Azerbaïdjan.

Like this: