Published: Mer, Novembre 01, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

La croissance française poursuit sa bonne dynamique

La croissance française poursuit sa bonne dynamique

Selon les premiers résultats publiés mardi par l'Insee, la progression du produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 0,5% au troisième trimestre, conformément à ses anticipations, ainsi qu'aux attentes des 27 économistes interrogés par Reuters et aux dernières prévisions de la Banque de France.

Selon cette publication de l'Insee, cette augmentation de la croissance est notamment portée par une accélération des dépenses des ménages (+ 0,5 % après + 0, 3 %).

La croissance enregistrée en juillet, août et septembre est moins importante qu'au second trimestre, où elle avait été de 0,6%.

Leur impact sur le moral des ménages étant plus incertain à court terme, elle ne prévoit en revanche "pas d'accélération supplémentaire de la croissance en 2018 par rapport à 2017".

G5 Sahel : Les USA font un geste
Pour certains observateurs la mort des militaires américains au Niger a permis aux États unis de mesurer la réalité du danger.

Pour rappel, l'Exécutif table sur une hausse du Produit Intérieur Brut de 18% cette année.

Tous les indicateurs économiques français sont cependant loin d'être en bonne posture. Biens d'équipement, achats de vêtements, ces deux secteurs progressent de 0,5% au troisième trimestre.

L'investissement global est resté soutenu, affichant une hausse de 0,8% après +1,0% au deuxième trimestre. "En effet, elle augmente quasiment au même rythme que le trimestre précédent dans les biens (+0,8% après +0,7%), mais freine légèrement dans les services (+0,6% après +0,8%)", explique l'institut. Les importations ont ainsi fortement accéléré (+2,5 % après +0,2 %) tandis que les exportations ont nettement ralenti (+0,7 % après +2,3 %), notamment dans le secteur des matériels de transport. Au total, "l'acquis de croissance" - c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait si l'activité ne progressait pas d'ici la fin de l'année - atteignait fin septembre 1,7%. La demande intérieure a ainsi contribué à la croissance à hauteur de 0,6 point. Sans compter que l'Insee anticipait dans son point de conjoncture une croissance de 0,5% pour le quatrième trimestre. Si tel était le cas, cela permettrait d'atteindre aisément les 1,8% attendus par le gouvernement sur l'ensemble de l'année.

Like this: