Published: Ven, Octobre 27, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Les plus pauvres, premières victimes des frais bancaires

Les plus pauvres, premières victimes des frais bancaires

Si 60 Millions de consommateurs et l'Unaf ne mettent pas en cause le principe de ces tarifications, ils souhaitent que l'application de ces frais soit mieux encadrée. Outre le prélèvement d'agios, la commission d'intervention vous ponctionne de 8 euros supplémentaires.

Les banques tapent en cas d'incident sur les personnes fragilisées en prélevant des frais exorbitants souligne l'enquête de 60 millions de consommateurs.

"Les consommateurs en difficulté financière persistante se voient prélever 296 euros de frais par an contre huit à neuf fois moins - 34 euros - pour les clients lambda en moyenne", assure l'association dans le cadre d'une étude effectuée avec l'Union nationale des associations familiales (Unaf).

Les frais bancaires élevés seraient monnaie courante pour les personnes en difficultés financières.

Dans ce contexte, les deux organismes auteurs de l'étude appellent à durcir la législation pour élargir le plafonnement des frais d'incidents même si, au sein de l'Unaf, on reste prudent quant à la capacité à trouver des relais au sein de la nouvelle majorité issue des élections législatives de juin. Ainsi, la plus sévère est la BNP Paribas: elle prélève 663 euros de frais en moyenne pour les clients en difficulté, contre 44 pour l'ensemble. Selon une enquête du syndicat CGT Banque Assurance, que 60 Millions publie en exclusivité dans son numéro de novembre, 54 % des conseillers affirment ne pas intervenir eux-mêmes.

Indre-et-Loire : 280 chômeurs de moins en 3 mois
Toutes catégories confondues (A, B, et C), le nombre de chômeurs diminuent de 1,4 % en septembre pér rapport au mois d'août. Dans les Ardennes le nombre de demandeurs d'emploi est en recul en septembre de 1,0 % avec 16 080 demandeurs d'emploi.

Halte aux frais bancaires disproportionnés! Toutes les banques appliquent le tarif maximum légal de 8€ pour le moindre découvert, sous la forme d'une commission d'intervention. Selon les résultats de leur enquête présentée jeudi, les prêteurs peuvent, en sus des frais plafonnés, facturer par exemple entre 12 et 15 euros pour informer leur client qu'il a dépassé son niveau de découvert autorisé ou entre 80 et 130 euros au titre de la gestion de la saisie du compte du client par un créancier tel que le Trésor public. "Les plus fragiles ne sont cependant pas les plus punis".

En vidéo - Dupin Quotidien: Trop de frais bancaires?

A la Fédération Bancaire Française (FBF), on rappelle que les banques ont mis en place des mécanismes de détection des clients fragiles et que les prêteurs sont tenus par la loi d'offrir une offre spécifique limitant les incidents et réduisant leurs coûts.

Chaque année en France, le magazine et l'association estiment que ces frais liés aux incidents de fonctionnement se révèlent extrêmement rémunérateurs. Ils représentent 30 à 35 % du chiffre d'affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d'affaires chaque année.

Like this: