Published: Dim, Octobre 15, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Rouen : Greenpeace alerte sur la vulnérabilité des 58 réacteurs nucléaires français

Rouen : Greenpeace alerte sur la vulnérabilité des 58 réacteurs nucléaires français

Un rapport "qui alerte " Dans un rapport, dont des extraits ont été publiés mardi, sept experts mandatés par l'ONG se sont penchés sur la capacité de résistance des piscines d'entreposage des combustibles nucléaires usés dans les centrales françaises. Avec 58 réacteurs nucléaires et donc 62 piscines d'entreposage du combustible usé (plus 4 à la Hague), tout le monde est concerné par ce risque, en France, mais aussi en Europe. Selon leurs conclusions, les parois des piscines larges de 30 cm n'y résisteraient pas.

"Dénoncer la fragilité et l'accessibilité de ces bâtiments pourtant chargés de radioactivité" était l'objectif principal. Un accident nucléaire peut alors déclencher avec des conséquences radiologiques très graves, "encore plus étendues sur le territoire que celles de l'accident de Fukushima (plus de 80 km)", avertit Greenpeace.

Ils ne se sont jamais approché de la zone nucléaire, et ont tiré le feu d'artifice au pied de la piscine à combustible usagé.

Des militants de Greenpeace se sont introduits, ce jeudi matin, sur le site nucléaire de Cattenom en Moselle. "Nos centrales sont-elles des passoires?" s'interrogent dans un tweet les Grandes gueules, sur RMC.

Mutuelles de Bretagne : la justice abandonne les poursuites contre Richard Ferrand
Le parquet de Brest avait décidé, dans un premier temps, de ne pas ouvrir d'enquête avant de changer d'avis sous la pression médiatique.

De son côté, France Bleu Lorraine Nord précise que les militants ont été interpellés et placés en garde à vue. Pétition à la clé, ils veulent également "alerter les citoyens sur l'obligation pour EDF de prendre en main ce problème".

Ces affirmations ont été contredites par EDF, qui a affirmé avoir stoppé les militants après leur entrée sur le site.

Areva a déclaré que depuis les attaques du 11 Septembre 2011, le gouvernement et l'entreprise avaient été très vigilants quant au risque terroriste.

Like this: