Published: Sam, Octobre 14, 2017
International | By Oceane Deschanel

Direction de l'UNESCO : un tour final entre le Qatari et la Française

Direction de l'UNESCO : un tour final entre le Qatari et la Française

Elle était loin d'être favorite mais Audrey Azoulay a finalement remporté son pari.

Lors d'une bataille électorale peu diplomatique mais très tactique, l'ancienne ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay l'a emporté sur le Qatari Hamad Al-Kawari. Presque au coude-à-coude, on trouve Hamad bin Abdulaziz Al-Kawari, âgé de 69 ans, et Audrey Azoulay, 45 ans. Ministre de la Culture, titulaire à des postes à haute responsabilité dans les médias et le cinéma pendant 14 ans, en passant par ses multiples diplômes (Sciences Po, ENA, Université Paris-Dauphine.), son profil semble idéal.

Car le candidat du Qatar, qui faisait la course en tête depuis le début malgré la résurgence de vieux soupçons d'antisémitisme relayés par le Centre Simon Wiesenthal Europe, ne faisait pas l'unanimité des pays arabes en délicatesse avec Doha, dont l'Égypte.

Une première vidéo de gameplay pour Jurassic World Evolution
On rappelle que Jurassic World Evolution est un jeu de gestion où l'on s'occupe d'un parc de dinosaures . On devra également construire des bâtiments pour les accueillir, les dinos et les visiteurs du parc.

Des dissensions qui ont empêché les pays arabes de s'entendre pour arriver à faire élire un des quatre candidats de leur groupe géographique initialement en lice, alors qu'ils n'avaient jamais occupé le poste et le revendiquaient haut et fort. Les gouvernements de Washington et Tel Aviv ont voulu ainsi exprimer leur exaspération face à une organisation qu'ils accusent d'être devenue anti-israélienne. C'est l'admission en 2011 de la Palestine au sein de l'Unesco qui avait entraîné cette interruption des paiements de la part d'Israël et des Etats-Unis, des montants qui représentent près du quart du budget de l'agence.

Dès avant l'annonce de jeudi, François Chaubet, un professeur français d'histoire contemporaine, estimait d'ailleurs qu'"un des enjeux" de l'élection serait de "ramener les Etats-Unis dans les contributeurs". Et le multilatéralisme dans l'ADN de l'organisation, ajoute-t-on de sources diplomatiques. Ce sera une occasion inespérée pour voir, enfin, un arabe à la tête de cette prestigieuse organisation onusienne.

Like this: