Published: Sam, Octobre 14, 2017
International | By Oceane Deschanel

Des ordonnances pour relever les revenus des agriculteurs — Emmanuel Macron

Des ordonnances pour relever les revenus des agriculteurs — Emmanuel Macron

Enfin, Emmanuel Macron a promis que " l'Etat prendra quant à lui ses responsabilités pour une pleine application des dispositions " de la loi Sapin II.

Emmanuel Macron veut initier une petite révolution dans le secteur agricole, dont l'ambition est de trouver les moyens de mettre un terme à la paupérisation de la profession, tout en répondant à la forte nécessité de transformation pour répondre aux attentes sociétales et environnementales.

" Chargé de dresser bilan à la mi-temps des États généraux de l'alimentation (EGA) le président de la République a su donner pour la première fois un cap à l'agriculture française". Le prix sera fixé à partir des coûts de production et placera l'agriculteur au cœur des échanges. Il tape du poing sur la table envers les distributeurs et aimerait les voir participer à ce travail tout comme les industriels.

Paris : 41 interpellations après des heurts en marge d'un rassemblement de DRH
Le rassemblement, qui s'est déroulé jeudi matin, s'est finalement soldé par l'interpellation de 41 personnes. Aucun blessé n'est cependant à déplorer chez les forces de l'ordre.

" La revalorisation du seuil de revente à perte était un sujet crispant, il l'a cadencé", a également salué Christiane Lambert: " il y a des avancées que nous attendions, il a parlé d'ordonnances pour aller vite, ceci nous satisfait ".

" On ne peut clairement pas parler de soulagement, car la limitation de la hausse du seuil de revente à perte aux produits alimentaires est une micro concession dont on ne sait même pas comment elle va pouvoir être mise œuvre dans le cadre des différentes filières", complète Mathieu Escot, le responsable du service des études de l'UFC-Que Choisir, " L'executif dit vouloir casser la guerre des prix et que cet argent va aller dans la poche des agriculteurs mais ce raisonnement ne tient pas: on autorise les distributeurs à revendre plus cher mais rien ne les oblige à les acheter plus cher aux fournisseurs. Et ne devrait concerner que les produits alimentaires. Le Président a réaffirmé son engagement de campagne d'atteindre "50 % de produits bio ou locaux d'ici à 2022 en restauration collective", un objectif qui va permettre de modeler, selon lui, les schémas de production en France et relancer l'agriculture et l'agroalimentaire. Ce changement de paradigme passe par un "arrêt" de certaines productions, qui ne correspondent plus au goût des consommateurs et ne s'inscrivent pas dans la concurrence internationale. Pour que les producteurs soient en position de mieux négocier leurs prix de vente avec la grande distribution, Emmanuel Macron leur demande de s'organiser par filières, en regroupements de producteurs. La Commission européenne, "réjouie" par ce discours, a indiqué qu'elle présenterait fin novembre ses orientations pour simplifier et moderniser la PAC.

Partir des coûts de production, c'est justement l'une des demandes des éleveurs.

Like this: