Published: Mar, Octobre 10, 2017
International | By Oceane Deschanel

Les USA et la Turquie suspendent en partie leurs services de visas

Les USA et la Turquie suspendent en partie leurs services de visas

"Dans le but de réduire au maximum le nombre de visiteurs à notre ambassade et dans nos consulats pendant que cette évaluation est en cours, nous avons suspendu, avec effet immédiat, tous les services de visas ne concernant pas l'immigration dans tous les sites diplomatiques aux États-Unis", a répliqué l'ambassade turque aux États-Unis sur Twitter, reprenant ainsi mot à mot la déclaration faite par Washington.

Les restrictions turques vont apparemment plus loin que celles décidées par les Etats-Unis qui avaient annoncé la suspension de la délivrance de visas dans toutes les missions diplomatiques américaines en Turquie, mais uniquement pour les visas de "non-immigrants": ils sont délivrés aux personnes qui voyagent pour le tourisme, les traitements médicaux, les affaires, le travail temporaire ou les études.

La tension monte d'un cran entre Washington et Ankara.

C'est l'ambassade américaine à Ankara qui a dégainé la première, en déclarant que le gouvernement américain avait été forcé à réévaluer "l'engagement" de la Turquie à l'égard de la sécurité des services et du personnel des missions diplomatiques, et ce à la lumière des "événements récents".

CdM 2018 : le Ghana veut rejouer le match
Très remonté contre le corps arbitral, la fédération ghanéenne de football a publié un communiqué officiel dans lequel elle demande à la FIFA de rejouer la rencontre.

La Turquie a pris une mesure de réciprocité dans l'octroi de visas aux Américains. D. R.

"La décision de l'ambassade de suspendre toutes les opérations liées aux visas hors immigration est perturbante", a souligné le président Erdogan lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien Petro Porochenko à Kiev, la capitale de l'Ukraine, a rapporté l'agence de presse d'Etat Anadolu.

L'agent local est notamment accusé "d'espionnage", de tentative de renverser le gouvernement et de liens avec l'organisation de Fethullah Gülen (FETÖ), accusé d'avoir fomenté le coup d'Etat de juillet 2016. Et de rejeter les allégations le visant comme "totalement sans fondement". Erdogan a suggéré en septembre que la Turquie pourrait le libérer en échange de Gülen, mais Washington a montré peu d'intérêt pour cette proposition.

Like this: