Published: Ven, Septembre 29, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Budget 2018 : le gouvernement promet que les réformes profiteront à tous

Budget 2018 : le gouvernement promet que les réformes profiteront à tous

Selon le projet de loi de finances pour 2018, les dépenses publiques baisseront de 0,7 point de PIB, à 53,9 %, et les prélèvements obligatoires de 0,4 point, à 44,3 %.

Ces premières étapes sont conformes aux objectifs du débat d'orientation des finances publiques: réduire, d'ici 2022, la dette de 5 points de produit intérieur brut (PIB), la dépense publique de 3 points - avec dès 2018 0,7 point de dépenses en moins -, le déficit de 2 points - avec dès cette année le passage du déficit sous les 3 % du PIB - et les prélèvements obligatoires d'un point. Résultat: cette mesure, l'an prochain, "dégage [ra] un excédent de 3,7 milliards d'euros".

Le projet de loi de finances (PLF) 2018, premier du quinquennat Macron, est "le budget des promesses tenues", a assuré le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, en présentant à la presse ce texte à forte valeur symbolique.

AS Monaco - FC Porto : Comment les bookmakers imaginent le match ?
Il n'a remporté aucun de ses 2 matches contre une formation portugaise dans la compétition (1 nul, 1 défaite). Cela change d'une année sur l'autre, mais rien n'a souri à Monaco ce mardi soir face à Porto .

Il n'est pas le seul, d'autres ministres ont fait des annonces similaires depuis la rentrée (lire notre article), si bien qu'en valeur absolue, l'État devrait dépenser en 2018 7,3 milliards d'euros de plus qu'en 2017, selon le Figaro. Auditionné devant la commission des finances de l'Assemblée nationale, le président du HCFP, Didier Migaud, a reconnu que les économies n'étaient pour l'heure pas assez documentées pour qu'il se prononce sérieusement. Pour ramener à 2,6 % son déficit public l'an prochain, la baisse des impôts devrait toutefois être un peu moindre que prévue. Et donc de réaliser un effort douloureux en matière d'économies budgétaires. Un effort destiné à retrouver de la "crédibilité" auprès de ses partenaires européens, au premier rang desquels Berlin, qui réclame depuis longtemps à la France des comptes publics plus vertueux. "On va redonner du pouvoir d'achat comme depuis longtemps on n'a pas donné aux Français", a-t-il ajouté, appelant à "arrêter d'être démagogue" et "idéologue".

Le PLF 2018, qui sera débattu durant l'automne au Parlement, prévoit notamment la réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui ne touchera plus que les placements immobiliers et non plus en capital, dans le but de relancer les investissements dans les entreprises. Cette différence de trois milliards tient au fait que la baisse des cotisations chômage et maladie (qui permet une hausse du pouvoir d'achat des salariés), initialement prévue en janvier, se fera pour partie en octobre 2018, alors que la hausse de la CSG (qui pénalise les actifs et les retraités) sera intégralement appliquée dès le 1er janvier. En revanche, les Armées, l'Education, la Justice et la Transition écologique voient leurs budgets augmenter. Preuve est que le gouvernement arrive difficilement à faire baisser la dépense publique.

Like this: