Published: Mer, Septembre 27, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

BOURSE-Alstom et Bouygues montent, une annonce de Siemens serait proche

BOURSE-Alstom et Bouygues montent, une annonce de Siemens serait proche

L'accord négocié prévoit l'absorption du pôle ferroviaire de Siemens par Alstom, spécialisé dans ce domaine depuis la cession de son pôle énergie à General Electric, pour former un groupe installé et coté à Paris mais dont l'allemand prendrait la moitié du capital.

L'Etat veillera à ce que ce rapprochement aboutisse à "un mariage entre égaux ", avait assuré plus tôt dans la journée Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie.

Il a également fait état d'un "certain nombre de garanties, notamment en termes d'emploi et de gouvernance, (qui) seront inscrites dans les termes de l'accord".

Un rapprochement d'Alstom avec la division Mobility de Siemens pourrait induire une valorisation plus élevée pour l'industriel français, soulignent plusieurs analystes. Pour Daniel Dreger de la CGT: "Les garanties, c'est vite changé".

'Rocket Man' Kim Jong-Un should have been handled long time ago
Trump said the order would also disrupt other trade avenues for North Korea in an effort to halt its nuclear weapons program. President Donald Trump is again assailing North Korea Kim Jong Un , saying that he "will be tested like never before".

Mais la dimension politique pèse pour un rapprochement franco-allemand: les deux groupes attendent des autorités européennes de la concurrence qu'elles prennent en compte la nécessité de faire contrepoids face à CRRC sur le marché mondial, selon le Handelsblatt. Les élus du front de gauche d'Ile-de-France dénoncent eux " le bradage total de l'industrie ferroviaire française ".

LEtat français confirme qu'il met fin au prêt de titres Alstom consenti par Bouygues selon les termes de laccord au plus tard le 17 octobre 2017 et quil nexercera pas les options dachat données par Bouygues, est-il aussi précisé dans le communiqué. Il rejoint sur ce point les syndicats, très inquiets pour les emplois sur le site belfortain.

Le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung suggérait mardi que le canadien Bombardier, qui discutait avec Siemens et réunit aussi son conseil d'administration ce mardi, pourrait s'inviter dans un deuxième temps en apportant au nouveau groupe ses activités ferroviaires.

Le gouvernement doit "rouvrir le dossier" et retirer les ordonnances en vigueur "depuis qu'Emmanuel Macron s'est mis en scène dans son bureau en les signant devant les caméras", a-il poursuivi, glissant qu'il s'était lui-même "mis en scène" dans sa circonscription "avec une table de camping dans la rue, pour signer officiellement" une pétition contre les ordonnances.

Like this: