Published: Lun, Septembre 18, 2017
High-Tech | By Mathis Berlioz

Le journaliste Loup Bureau est de retour en France

Le journaliste Loup Bureau est de retour en France

Entouré de son père, de la Ministre de la Culture Françoise Nyssen et de Christophe Deloire de Reporters sans Frontières c'est un homme fatigué mais soulagé qui s'est approché des journalistes pour sa première conférence de presse. J'ai été en garde à vue pendant six jours avant d'aller en prison. Une version que son père, Loïc Bureau, nuance, assurant que son fils a été traité comme les prisonniers kurdes.

Le journaliste avait été interpellé le 26 juillet à la frontière turco-irakienne, après la découverte en sa possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (mouvement considéré comme une émanation du PKK et donc comme " terroriste " par Ankara). "Je me sens très soulagé, j'ai eu très peu d'informations, je ne savais pas quand j'allais quitter la Turquie, ce n'est que ce matin que j'ai compris quand on m'a mis dans l'avion, c'était terminé (...) Les conditions de détention ont changé quand Emmanuel Macron a demandé ma libération, les gardiens ont compris que je n'étais pas un terroriste".

Ces images datent, selon sa défense, d'un reportage sur les conditions de vie des populations syriennes réalisé en 2013 et diffusé sur TV5 Monde.

Le journaliste indépendant Loup Bureau est arrivé à Paris.

Texas' 20 minute Hyperloop from Houston to Dallas closer to becoming reality
The contest was held by Hyperloop One , a Los Angeles-based company looking to commercialize hyperloop transportation. It would service 10 urban centers and more than 4.8 million people, and include a leg that extends to Vail.

L'avocat français de Loup Bureau, Martin Pradel, a fait savoir qu'après sa libération vendredi, il avait quitté Sirnak, ville du sud-est de la Turquie où il était resté détenu cinquante et un jours, pour se rendre à Diyarbakir et ensuite gagner Istanbul, puis Paris. Laquelle est intervenue dans la foulée d'une visite du chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian, à Ankara.

"Il fait toujours l'objet de poursuites".

"Tout le comité de soutien, sa petite amie, viennent à Paris" mais "tant qu'il n'est pas sur le sol français, je garderai une petite appréhension", a-t-il dit à l'AFP.

"Mercredi [le 13 septembre] soir, le procureur a rendu un acte d'accusation qui l'accuse rien de moins que d'appartenir à une organisation terroriste et il sera vraisemblablement jugé en son absence". En cas de condamnation, un mandat d'Interpol pourrait être délivré à son encontre, l'empêchant d'exercer sa profession. "N'oublions pas qu'il y a 160 à 180 journalistes turcs en prison". Il avait été expulsé après un mois de détention.

Like this: