Published: Dim, Septembre 17, 2017
High-Tech | By Mathis Berlioz

Le journaliste français Loup Bureau attendu à Paris d'ici dimanche — Turquie

Le journaliste français Loup Bureau attendu à Paris d'ici dimanche — Turquie

Rappelant aux autorités turques son souhait de voir les procédures " menées dans les plus brefs délais ", le chef de la diplomatie française a conclu: " Nous respectons la justice turque, mais nous souhaitons que tout cela soit clarifié très vite ". Selon l'avocat, "il faudra poursuivre le combat".

C'est officiel. Le journaliste indépendant français, étudiant à l'IHECS, rentrera ce samedi 16 septembre à Paris.

"Je l'ai senti surpris, soulagé, mais en même temps prudent", a témoigné Loïc Bureau à son domicile d'Orvault, dans la banlieue de Nantes, peu après avoir parlé pendant une trentaine de minutes avec son fils au téléphone.

"Nous avons la satisfaction d'annoncer la libération du journaliste #LoupBureau".

Voici la Mercedes-AMG Project One — Photos
Le petit V6 d'à peine 1,6 litre et à un seul turbo dégage plus de 1000 chevaux et peut tourner aussi vite que 11 000 trs/min.

Pour ses deux jours de visite officielle à Ankara, Jean-Yves Le Drian doit rencontrer le Président turc Recep Tayyip Erdoğan, le Premier ministre Binali Yıldırım et son homologue turc Mevlüt Çavuşoğlu. "C'est un grand soulagement pour nous tous", a-t-il écrit.

Il est soupçonné par la justice turque d'être un "membre" des YPG, selon son acte d'accusation relayé jeudi par son avocat. Son avocat, Me Martin Pradel, a annoncé vendredi sa libération. Mais le dossier du journaliste français n'est "pas clos".

Il a aussi appelé les autorités turques à améliorer les conditions de détention du jeune reporter de 27 ans et à autoriser sa famille à lui rendre visite. Habitué des terrains de guerre, Loup Bureau a notamment collaboré avec les chaînes TV5 Monde, Arte et le site Slate. Il devait plaider pour sa libération auprès du gouvernement turc. Une information confirmée par le président de Reporters sans frontières (RSF) Christophe Deloire. "C'est une tentative d'intimidation à l'égard des journalistes qui veulent enquêter dans le sud du pays et sur les mouvements kurdes", a-t-il dénoncé. Retour sur plus d'un mois de mobilisation.

Like this: