Published: Jeu, Septembre 07, 2017
Médecine | By Jean-Luc Robillard

Après les déclarations de Merkel, la Turquie fustige le "populisme" allemand

Après les déclarations de Merkel, la Turquie fustige le

Ankara est accusée de dérive autoritaire par les détracteurs du président Recep Tayyip Erdogan. La chancelière allemande a en effet asséné qu'"il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l'Union européenne", lors du seul débat télévisé avec son adversaire Martin Schulz aux élections générales [Ouest France].

Le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan a reproché hier un "manque de vision" et une "soumission au populisme" à la chancelière allemande Angela Merkel qui s'est dite favorable à un arrêt des négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE.

A l'heure où Bruxelles, Paris et Berlin menacent de sanctions des Etats membres de l'Union européenne (UE) - la Hongrie et la Pologne - pour non-respect de règles communes, maintenir ouvertes des négociations d'accession avec un autocrate qui, pris dans une spirale de répression, emprisonne les journalistes à tour de bras, y compris ceux de l'Union européenne, est, c'est vrai, difficilement justifiable.

Abdoulaye Daouda Diallo : " Pourquoi nous avons décidé d'expulser Kémi Séba "
Une arrestation en lien avec les manifestations à venir? Selon des informations, il serait sous la menace d'une expulsion. Le geste de Séba, connu pour ses positions anti-impérialistes, lui a valu d'être arrêté le 25 août.

Mevlüt Cavusoglu a jugé que l'Europe "se tournait vers les valeurs de l'ère ayant précédé la Deuxième Guerre mondiale. barbarie, fascisme, violence, intolérance".

Le porte-parole a en outre accusé les responsables politiques allemands de nourrir une "hostilité [qui] ne fait que nourrir la discrimination et le racisme". "Nous continuerons les échanges", a quant à elle commenté avec prudence la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, citée par Le Figaro. "La Turquie est toujours candidate à l'adhésion à l'Union européenne, et nous poursuivons le dialogue avec elle", a-t-elle déclaré, lundi, lors d'une conférence de presse tenue dans la ville de Bled, en Slovénie. Mais elles sont depuis des mois au point mort, en raison de l'évolution politique en Turquie. Le 2 mai dernier, le président turc avait menacé de dire "au revoir" à l'Union européenne si celle-ci n'ouvrait pas de nouveaux chapitres de négociations avec Ankara. L'Allemagne dénonce depuis des mois les purges effectuées par le pouvoir turc suite au putsch raté et accuse Ankara d'avoir mis en détention 12 citoyens allemands, possédant pour certains aussi la nationalité turque, pour des raisons politiques.

Like this: