Published: Lun, Août 14, 2017
International | By Oceane Deschanel

Airbnb : Bruno Le Maire dénonce une situation fiscale "inacceptable"

Airbnb : Bruno Le Maire dénonce une situation fiscale

Bruno Le Maire prend Airbnb comme symbole pour lancer sa nouvelle croisade en faveur de l'harmonisation fiscale européenne.

Airbnb, comme la plupart des multinationales du numérique, a trouvé une parade pour payer le minimum d'impôts en France: facturer le gros de son activité hexagonale en Irlande, là où l'imposition sur les sociétés est particulièrement douce (12,5%, contre 33% en France). Reste évidemment les modalités d'action, la notion de " bénéfice " étant au coeur de la problématique: dernier exemple en date, Airbnb n'aurait payé que 92 944 euros d'impôts en France en 2016, selon le Parisien. Il a également annoncé une initiative franco-allemande sur le sujet pour la mi-septembre.

5e étape : La victoire en solitaire de Lars Boom, nouveau leader
C'est le premier succès depuis de deux ans pour le Néerlandais, qui a célébré son succès par un bras d'honneur plutôt malvenu. Le Thurgovien, qui était en tête depuis mardi, a été lâché à une dizaine de kilomètres de l'arrivée.

"Ce sont des dizaines de millions de chiffre d'affaires réalisées par ces plateformes du numérique et (seulement) quelques dizaines de milliers d'euros qui sont perçues par le Trésor public français", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale dans une réponse au député du parti gouvernemental La République En Marche, Benjamin Dirx (LREM).

Bruno Le Maire, le ministre de l'économie français, juge "inacceptables " les pratiques de plates-formes comme Airbnb. Il s'agira d'un texte centré sur la fiscalité des plateformes du numérique, que le ministère de l'Économie espère faire passer ensuite à la Commission européenne, puis au conseil européen de décembre qui réunira les chefs d'État et de gouvernement. "Une directive européenne sur la taxation des entreprises est à l'étude, nous voulons y ajouter un volet spécial sur la fiscalité du numérique", explique le cabinet de M. Le Maire. "Chacun doit payer une juste contribution", a-t-il résumé.

Like this: