Published: Jeu, Août 10, 2017
International | By Oceane Deschanel

L'île de Guam, symbole américain ciblé par la Corée du Nord — Pacifique

L'île de Guam, symbole américain ciblé par la Corée du Nord — Pacifique

Séoul -capitale sud-coréenne et gigantesque métropole densément peuplée par 10 millions d'habitants- est à seulement 55 kilomètres de la frontière, soit largement à portée de l'artillerie nord-coréenne canons ou missiles.

En effet, selon un rapport du ministère japonais de la Défense et un quotidien américain, le régime nord-coréen aurait atteint un nouveau seuil dans sa quête pour devenir une puissance nucléaire à part entière. Elle met fin à l'exportation nord-coréenne du charbon, du fer, du plomb et de fruits de mer. Durant ses vacances d'été dans le New Jersey, le président a décidé de répondre aux menaces proférées la veille par la Corée du Nord en réaction aux sanction votées contre le pays par les Nations Unies. Elle allonge la liste noire de l'ONU en y inscrivant neuf personnes et quatre entités commerciales qui sont soumises à une interdiction de voyage et au gel de leurs avoirs. D'autres mesures sont nécessaires.

Depuis le début de l'année 14 tirs de missiles balistiques intercontinentaux ont été effectués par Pyongyang. Il a aussi essayé, en vain, de contraindre la Chine à gérer ce voisin menaçant.

Mais outre les provocations, l'élément décisif semble être la Chine.

Neymar, "un énorme coup de com'" pour un PSG devenu "sexy"
Toutefois, le nouveau joueur du PSG n'est pas encore autorisé à joueur avec Paris, car la LFP ne l'a pas qualifié. Avant Neymar , la valeur du club était de 1 milliard de dollars, maintenant c'est 1,5 milliard.

Selon elle, même si Pyongyang ne recourait pas à l'arme nucléaire, il pourrait attaquer par des missiles conventionnels des centaines de milliers de militaires et de civils américains qui se trouvent actuellement en Corée du Sud et aux États-Unis. Washington a exclu toute suspension du déploiement. Une hypothèse confirmée en partie par les observateurs internationaux, qui estiment que Pyongyang peut menacer la façade ouest des Etats-Unis et, plus immédiatement encore, les îles américaines dans le Pacifique. La crise entre les deux pays inquiète la presse internationale.

Parallèlement, Tillerson a clairement fait comprendre que des discussions ne seraient possibles que si la Corée du Nord était prête à renoncer à ses armes nucléaires.

"Mais je pense que le président ne faisait que rappeler que les Etats-Unis ont la capacité de se défendre pleinement contre toute attaque et de protéger leurs alliés - et c'est bien ce que nous ferons", a-t-il ajouté.

Like this: