Published: Dim, Août 06, 2017
International | By Oceane Deschanel

" L'UE n'est pas le baromètre de la vérité " (Président) — Mauritanie


Les amendements soumis à cette consultation comprennent notamment la suppression du Sénat et son remplacement par des conseils régionaux, ainsi que la modification du drapeau et de l'hymne nationaux.

La campagne -émaillée de tensions, voire de violences, lors de rassemblements de l'opposition radicale, engagée dans un "boycott actif" du scrutin - s'est achevée jeudi avec un ultime meeting du chef de l'Etat.

Les bureaux de vote doivent ouvrir de 07H00 à 19H00 GMT dans ce vaste pays en grande partie désertique limitrophe du Sénégal, du Mali, de l'Algérie et du Sahara occidental. Elle prévoit aussi d'ajouter deux bandes rouges au drapeau national, pour "valoriser le sacrifice des martyrs" de la résistance à la colonisation française.

En mars, la révision de la loi fondamentale a été adoptée par l'Assemblée nationale, mais rejetée par le Sénat.

La police a dispersé jeudi à coups de gaz lacrymogène et de matraque des opposants qui tentaient de se rassembler dans trois quartiers de la capitale Nouakchott.

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008, le président Abdel Aziz, un ancien général élu en 2009 puis réélu en 2014 pour cinq ans, doit faire face à une fronde du Sénat, pourtant majoritairement favorable au pouvoir, qui s'est cabré contre un texte signifiant sa disparition.

"Nous sommes préoccupés par les troubles qui précèdent le référendum sur les modifications constitutionnelles prévu samedi en Mauritanie", a indiqué un communiqué du porte-parole rendu public ce jeudi.

Nice, Favre : "Répéter la même prestation"
Pour bénéficier de cette offre, il vous suffit d'aller sur le site de l'OGC Nice et de s'inscrire via un formulaire . Il avait même raté de peu la balle de match en croisant trop son tir dans le final.

Mohamed Ould Abdel Aziz a été interpelé par Alakhbar a sa sortie de l'urne.

Une vingtaine de sénateurs ont entamé mercredi un sit-in au Sénat afin d'exiger que M. Ould Abdel Aziz leur présente ses excuses pour les avoir accusés de corruption et renonce au référendum, selon une source parlementaire. "Ces gens ont par leurs propres dires procédé à des partages d'argent pris sur des hommes d'affaires pour saper les institutions du pays", a-t-il déclaré.

Une forte abstention serait revendiquée comme un succès par l'opposition radicale, qui avait accusé vendredi le pouvoir de "préparer une fraude à grande échelle" et averti que des violences pourraient éclater, dont le pouvoir serait, selon elle, seul responsable.

" Nous l'avons enlevée car l'opposition a voulu y voir une certaine crainte chez le président et ses ministres d'être jugés, alors que nous n'avons rien à craindre " a -t-il lancé.

Lesdits amendements sont le fruit d'un dialogue organisé en octobre 2016 entre la majorité présidentielle et une partie de l'opposition et boycotté par une large coalition comprenant une dizaine de partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile.

L'unique parti de l'opposition appelant à voter non, la Convergence démocratique nationale (CDN) a dénoncé une "campagne inégalitaire", le oui bénéficiant de la quasi totalité du temps d'antenne officiel.

Like this: