Published: Ven, Juillet 14, 2017
Divertissement | By Jasmine Asselineau

Donald Trump à Paris : partenaire historique et désaccords profond

Donald Trump à Paris : partenaire historique et désaccords profond

Près de 11.000 forces de l'ordre vont être mobilisées à cette occasion, dans un contexte de menace terroriste élevée. Alors qu'elle descendait de l'avion à Paris au côté de son mari Donald Trump, lui-même vêtu d'une chemise blanche et d'une cravate bleue, le couple aurait-il voulu rappeler ainsi le drapeau français?

Lors d'une conférence de presse, jeudi 13 juillet, au premier jour de sa visite à Paris pour participer aux célébrations du 14-Juillet, le républicain a répondu que "tout allait bien se passer, parce que vous avez un grand président". Ils ont exprimé leur détermination à travailler ensemble sur tous les sujets, et mis en sourdine leur principal désaccord sur le climat.

D'après le programme prévisionnel de l'Élysée, les deux premières dames devraient commencer par une visite de la cathédrale Notre-Dame de Paris de 16h30 à 17h10, avant de s'offrir une balade de 45 minutes sur la Seine.

La présidence française insiste sur les enjeux diplomatiques de cette visite.

Les deux dirigeants dîneront ensuite avec leurs épouses Melania et Brigitte, dans un lieu qui n'a pas été précisé.

Wimbledon - Murray, Djokovic et Federer au menu ce mercredi
D'autres joueuses et joueuses se sont plaints en effet des terrains cette année. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"C'est très compliqué de jouer aux échecs avec un homme dont on ignore tout de la stratégie, et dont le seul postulat est de tout subordonner à l'intérêt national américain".

De quoi trancher avec les habitudes alimentaires du président américain. Poutine à Versailles, Trump au 14 juillet: "on est plus dans la politique spectacle, dans l'émotionnel et la mise en scène que dans la construction d'une véritable ligne de politique étrangère", assène-t-il.

Donald et Mélania Trump sont à Paris jusqu'à vendredi soir.

Lors de leur entretien bilatéral, Trump et Macron évoqueront ainsi la Syrie, l'Irak, et la lutte antiterroriste, leur priorité commune. Elle intervient aussi dans la foulée d'un sommet du G20 sans éclat mais secoué de manifestations la semaine dernière à Hambourg, en Allemagne, où, d'après Merkel, " les divergences n'ont pas été occultées, elles ont été clairement exprimées ". Seuls, l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon a jugé que le président américain " n'était pas le bienvenu ", et l'écologiste Yannick Jadot a regretté " une récompense symbolique indigne faite à un président américain qui a fait un bras d'honneur à l'Humanité et au climat ".

Like this: