Published: Mar, Juillet 11, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Les réformes confirmées pour 2018 — Impôts

Les réformes confirmées pour 2018 — Impôts

Et pourtant, le président de la République en a finalement décidé autrement ce week-end.

La réforme de la taxe d'habitation promise par Emmanuel Macron entrera en vigueur en 2018.

PARIS, 10 juillet (Reuters) - L'exécutif veut accélérer les baisses de prélèvements en 2018, notamment par la réforme de la taxe d'habitation et de l'impôt sur la fortune (ISF), tout en maintenant le déficit public sous la limite européenne de 3% du PIB, a-t-on appris lundi dans l'entourage du Premier ministre, Edouard Philippe.

La chanteuse Sheila en deuil : son fils, Ludovic, s'est suicidé
En 2012, des appels malveillants adressés à Sheila et son compagnon le producteur, Yves Martin , se solderont par un procès. C'est une tragique fin pour Ludovic Chancel , alors que les relations avec sa mère s'étaient apaisées ces dernières années.

La réforme de l'ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) prévoit, elle, de ne prendre en compte que le patrimoine immobilier des ménages; une "flat tax" touchant essentiellement les revenus du capital. "On est dans un gouvernement qui est un gouvernement de communication mais aussi un gouvernement d'improvisation qui a beaucoup de mal en réalité à faire face aux exigences qu'il a lui-même posées".

A Bercy, on précise que cette réforme fiscale entrera en vigueur dès l'an prochain, afin d'aboutir dans les trois ans à ce que 80 % des ménages soient bien exonérés de la taxe d'habitation. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron avait annoncé que cette mesure, qui consiste à exonérer 80% des ménages les plus modestes payant cette taxe, aurait lieu dès 2019. Selon France Info, ces réformes seront inscrites au budget en préparation pour 2018. Mais, depuis, le gouvernement semble vouloir corriger le tir, gardant sa ligne sur la réduction de la dépense publique mais multipliant les déclarations rassurantes sur les baisses d'impôts. Selon nos confrères des Echos, le coût total des deux mesures avoisinerait les 6 milliards d'euros. Peut-on parler d'improvisation comme le disent certains? Manque à gagner pour l'État: 2 milliards d'euros. Cependant, l'État assure qu'il y aura des compensations.

Like this: