Published: Mer, Juin 28, 2017
Divertissement | By Jasmine Asselineau

De "potentiels" préparatifs d'attaque chimique en Syrie, selon Washington

De

L'administration de Donald Trump a fait savoir, mardi, qu'elle avait détecté "des préparatifs intensifs" en Syrie visant à perpétrer une nouvelle attaque chimique et la Maison-Blanche a prévenu qu'elle riposterait si le régime de Bachar el-Assad passait à l'action. Ces activités "sont similaires aux préparatifs du régime avant son attaque à l'arme chimique du 4 avril", ajoute-t-il.

L'attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun, dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest) avait fait 88 morts, dont 31 enfants. Si le président syrien lançait une autre attaque à l'arme chimique "lui et son armée paieraient le prix fort", a prévenu Sean Spicer.

Selon l'OSDH, ce raid était la deuxième "attaque chimique" la plus meurtrière depuis le début du conflit en 2011, après celle au gaz sarin qui avait fait plus de 1 400 morts dans la banlieue de Damas en 2013. Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a déclaré n'avoir " aucun doute " sur le fait que Damas a conservé des armes chimiques, malgré les déclarations du régime syrien affirmant le contraire. Ses sources? Une étude militaire israélienne qui accuse Bachar el-Assad de "disposer encore de "quelques tonnes" d'armes chimiques".

Il a cependant tenu à rappeler dans son communiqué que l'objectif des États-Unis en Syrie est uniquement de lutter contre le groupe État islamique, et pas de lancer une guerre contre le régime de M. Assad.

ATP - Queen's - Feliciano Lopez l'emporte sur Marin Cilic
Dans un tie-break accroché, Feliciano Lopez a sauvé une balle de match, avant de conclure sur sa troisième. Le palmarès du Croate comprend déjà dix-sept titres.

En réponse, les Etats-Unis avaient lancé 59 missiles contre une base aérienne syrienne, signant la première intervention armée de Washington contre Damas.

L'avertissement américain a été motivé par une activité suspecte sur la base aérienne syrienne d'où était partie la précédente attaque, selon le Pentagone. "Nous considérons comme inadmissibles de telles menaces contre le gouvernement syrien", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Elle doit être nécessaire. "Si les Américains ont recours de nouveau à une action similaire (.), nous la soutiendrons", a-t-il ajouté.

Depuis lors, Washington a multiplié les frappes sur des milices chiites soutenues par l'Iran et a abattu un drone qui menaçait les forces de la coalition ainsi que, plus récemment, un avion de l'armée de l'air syrienne, au sud de Raqa.

"Au cours de la rencontre, ils ont discuté des questions concernant la coordination des actions des forces gouvernementales syriennes avec l'appui de l'aviation des Forces aérospatiales russes dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes internationaux Daech et Front al-Nosra", déclare-t-on dans le document. Depuis début mai, Washington a bombardé au moins trois fois des forces pro-régime, car elle menaçaient des soldats de la coalition.

Like this: