Published: Sam, Juin 17, 2017
International | By Oceane Deschanel

Gardes d'Erdogan visés par un mandat d'arrêt

Gardes d'Erdogan visés par un mandat d'arrêt

Douze agents de sécurité, soupçonnés d'avoir agressé des manifestants en marge d'une visite du chef d'État turc à Washington, sont visés par des mandats d'arrêt émis par les États-Unis.

Cet épisode est le dernier en date d'une longue liste de sujets de discorde entre la Turquie et les Etats-Unis.

Le président Erdogan en personne a dénoncé ces mandats d'arrêts dans une allocution télévisée: "Si ce n'était pour me protéger, pourquoi est-ce que j'emmènerais mes gardes avec moi aux États-Unis?" La rixe avait fait au moins neuf blessés, dont un policier, et beaucoup choqué l'opinion publique aux Etats-Unis.

Des affrontements entre des gardes du corps turcs et des manifestants kurdes s'étaient produits le 16 mai à Washington, après un entretien entre M. Erdogan et son homologue américain Donald Trump.

"Les accusations déposées contre 12 agents de sécurité turcs envoient un message clair que les Etats-Unis ne tolèrent pas les individus qui utilisent l'intimidation et la violence pour étouffer la liberté d'expression et l'expression politique légitime", a fait savoir Heather Nauert.

"Nous avons fait savoir à l'ambassadeur que la décision prise par les autorités américaines était mauvaise, partiale et dénuée de tout fondement juridique, et que l'altercation devant la résidence de l'ambassadeur turc avait été provoquée par l'incapacité des autorités de sécurité locales à prendre les mesures nécessaires", peut-on lire dans la déclaration.

La pole pour Hamilton, qui égale Senna — GP du Canada
Cela lui a valu les acclamations de la foule et ses deux premiers points de sa carrière au championnat de pilote de Formule 1 . Hamilton convoitera dimanche une troisième victoire cette saison, après celles acquises aux Grands Prix de Chine et d'Espagne.

Le ministère turc des Affaires étrangères a par ailleurs "invité" -et non "convoqué"- jeudi l'ambassadeur américain à Ankara pour lui faire part de sa désapprobation.

"L'intervention de la police était risquée car il y avait des personnes porteuses d'arme à feu", avait ensuite souligné le chef de la police de la capitale.

Alors que des groupes "terroristes" faisaient "une manifestation à 50 mètres de moi, la police américaine n'a rien fait", a-t-il accusé. "C'est Hans et Georges qui vont me protéger?", a-t-il déclaré jeudi soir dans un discours télévisé, recourant à deux prénoms qu'il utilise régulièrement pour fustiger l'Occident.

Sinan Narin, habitant la Virginie, et Eyup Yildirim, résidant dans l'Etat du New Jersey, sont ainsi poursuivis pour coups et blessures, a annoncé mercredi la police.

Après ces faits, le sénateur américain John McCain avait réclamé l'expulsion de l'ambassadeur de Turquie aux Etats-Unis.

Like this: