Published: Jeu, Juin 15, 2017
Financer | By Gilbert Hennequin

Trois personnes interpellées, l'affaire Grégory relancée

Trois personnes interpellées, l'affaire Grégory relancée

Cette découverte a marqué le début d'une affaire qui a défrayé la chronique au rythme de ses multiples rebondissements.

Ce rebondissement pourrait relancer l'enquête sur la mort de Grégory Villemin, dont le corps avait été retrouvé dans la Vologne le 16 octobre 1984.

Les gendarmes de la section de recherche de Dijon ont procédé mercredi matin à trois interpellations sur commission rogatoire dans le département des Vosges, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Grégory, a-t-on appris auprès du procureur général de la cour d'appel de Dijon. C'est l'une des affaires criminelles les plus mystérieuses du siècle écoulé, mais aussi l'un des plus spectaculaires naufrages judiciaires et médiatiques. Selon le quotidien L'Et Républicain et BFMTV, trois personnes ont été interpellées ce mercredi 14 juin et placées en garde à vue. Ils sont en garde à vue à Dijon, tandis qu'une quatrième personne, une femme, est entendue comme témoin.

Rafael Nadal remporte Roland Garros contre Stan Wawrinka
Et même quand " Stan the Man " a poussé le public à se montrer plus fervent dans le troisième set, rien n'a changé. Mais si Nadal n'est pour l'instant que N.4 à l'ATP , il est bien redevenu le N.1 sur la surface ocre.

Une belle-soeur du père, Ginette Villemin, a quant à elle été arrêtée à Arches, à moins de 30 kilomètres de là, selon la même source. Le couple est actuellement placé en garde à vue à Dijon. Son mari a également été auditionné.

"Un couple dont le nom figure depuis belle lurette dans ce dossier hors-norme et qui a été conduit à la brigade de Bruyères". Tous ont été arrêtés pour des faits de "complicité d'assassinat, non-dénonciation de crime, non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d'empêcher un crime", selon l'Est Républicain. Plus de trente-deux ans après cet incident dramatique dans les Vosges, les circonstances exactes du meurtre ne sont toujours pas déterminées. Convaincu de sa culpabilité, Jean-Marie Villemin devait l'abattre d'un coup de fusil de chasse. Au bout du fil, un informateur anonyme lance à Michel Villemin, l'oncle du petit garçon: "J'ai pris le fils du chef [surnom donné au père, ndlr], je l'ai mis dans la Vologne". Son oncle a reçu quelques heures plus tôt l'appel téléphonique d'un "corbeau" revendiquant l'assassinat. Il s'agissait alors de se servir des progrès de la science pour tenter de retrouver des empreintes génétiques sur les pièces à conviction (vêtements, cordelettes...) conservées depuis 1984.

Like this: